Depuis une bonne dizaine d’années on assiste à un renouveau du tango, aussi bien dans la danse que dans la musique, avec le tango des années 50 comme emblème. 

En marge de ce courant, aujourd’hui de toutes parts commencent à poindre des envies de sortir du cadre, de créer des formes contemporaines de tango. Il ne s’agit pas de marcher sur les arpions de la tradition, mais plutôt d’emmener avec soi cette culture et l’immerger dans notre monde actuel. Tango actuel ? En tous cas tango de contrebande.

        Vous allez dire : il y a déjà le tango nuevo de Piazzolla,  l’Orquesta Tipica Fernandez Fierro qui joue du tango-rock, le tango électro de Gotan, la fusion world tango-ska-funk-hip-hop-latin,... Nous croyons que ce qui était jusqu’alors des exceptions commence à former un ensemble cohérent, à se trouver une forme.

        Le tango nuevo était une nouveauté magnifique qui ne se dansait pas, le tango électro est une manière de faire du tango une musique actuelle - parmi tant d’autres. 

Il reste des milliards de portes à ouvrir !

        De qui s’agit-il ? Des danseurs qui dansent le tango mais pas que ; des musiciens qui jouent du tango mais pas que.
        De quoi s’agit-il ? De vivre le tango sans se sentir enfermé par les canons des générations précédentes. Sous toutes les formes possibles. En danse cela va des tangueros qui quittent l’abrazo quelques instants aux improvisateurs de danse-contact qui intègrent des éléments de tango dans leur jam. Où danser ça, comment, sur quelle musique ? C’est cela qui est en train de naître à Paris, à Buenos Aires et ailleurs. 

        Combien faut-il de gouttes de rouge dans un pot de peinture jaune pour qu’on puisse parler d’orange ? 
Signe des temps : le 1er festival de tango-contact a eu lieu en 2012. Les 1ers balscores* ouverts au public ont eu lieu en 2012. Les premières pratiques de tango de contrebande ont eu lieu en 2013.

        Une nouvelle forme artistique inspirée du tango est en train de prendre forme, nous la nommerons ici et maintenant tango de contrebande.

       Nous, TANGOLEON, quartet et octet de tango de contrebande, prenons conscience que ce que nous créons s’inscrit dans un grand mouvement général, et qu’aujourd’hui seulement ce mouvement commence à être visible.

C’est le moment juste pour se rassembler, entre gens qui avons des buts similaires. Avant de monter une fédération, des festivals, des lieux, d’autres trucs dont on n’a même pas idée aujourd’hui, déjà rencontrons-nous, échangeons sur nos pratiques, partageons les bonnes idées de chacun.

 

* balscore : partition pour des jams de tango-contact, dans la lignée de l’underscore de Nancy Starck-Smith, mais adapté au tango-contact (Cie Tangible)                                                     

Nous avons lançé en 2013 les pratiques officielles du tango de contrebande, avec Nathalie Clouet et Matias Tripodi tout d'abord, il s'agissait de proposer un espace de danse tango plus ouvert, où les conventions étaient optionnelles et joyeuses !

Nous avons fait ça au Cirque Electrique et au Shakirai, lieux en marge du tango traditionel, plus sauvages...

Entre 2014 et 2018, nous avons exploré le tango de contrebande avec le collectif Tangible (http://tangible.free.fr/php/compagnie.php) dans un ancien lieu du tango des année 40...la Java (Paris 10e) !

 

Les pratiques commencent par un atelier animé par 2 des membres du collectif Tangible, autour du tango, de son rapport à la musique et de la danse contact (l'atelier est accompagné par Tangoleon en live) à 19h30,

puis la pratique commence à 21h avec une alternance de musique live (Tangoleon) et de musique enregistrée (Dj Ben Tarja ou DJ Naddict) jusqu'à minuit...

Depuis 2018, nous organisons régulièrement des milongas de contrebande dans différents lieux à Paris et ailleurs...

 

 

 

Première Milonga de contrebande au Cirque éléctrique, Mai 2013

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now